top of page

Dimanche 1er décembre - Sous la pluie, le triomphe des filles

Dernière mise à jour : 2 déc. 2019

Le score parle de lui-même. Filles : 8. Garçons : 2.

Il pleuvait, ce dimanche matin. Cela explique-t-il cette déroute en rase campagne du sexe dit fort (1)? Ou alors y aurait-il une incompatibilité entre un petit verre de saké bu avec modération le samedi soir et le rendez-vous du dimanche matin?

Huit femmes prêtes à partir malgré le mauvais temps, donc : Agnès, Anne-Sophie et Marie (qui vient d'adhérer à la section) Catherine (Ri.), Christine, Françoise, Michelle et Sophie.

Et Joseph. Joseph venu en voiture, avec le fol espoir de ne trouver personne aux Aubuis, ce qui lui aurait permis de retrouver la chaleur du foyer, devant la cheminée… Espoir déçu, les filles étaient là, et bien là. Il a bien fallu partir.

Trois kilomètres plus loin, au bois des Hâtes, sous la pluie qui ne cessait pas, Joseph a suggéré un demi-tour. Eh bien non... Réponse du chœur féminin : "On est mouillées, on continue!"

Ils ont donc continué, avec Gwenaël retrouvé en route, ce qui portait à 20 % la représentation masculine dans cette sortie... Pas mal…

Direction Esvres-sur-Indre, où l'on s'est réchauffé autour d'un café, à l'enseigne de "Chez Christine et Joseph", maison aimable et accueillante. Puis retour par le bois des Hâtes.

Ce n'était pas tout à fait fini. Joseph s'apprêtait à repartir pour une douzaine de kilomètres encore, non par goût de l'averse, mais parce que ces quelques bornes supplémentaires lui permettaient d'atteindre le cap des 10.000 kilomètres parcourus depuis le 1er janvier (belle performance, pour quelqu'un qui n'est allé que deux fois cette année à Compostelle à vélo!).

Il n'était pas le seul à avoir faim de kilomètres : Anne-Sophie et Marie l'ont accompagné.

Ne manquez pas la fin de l'histoire, pleine de moralité. Car Joseph a eu la perfide idée de faire découvrir la côte de la rue Saint-Michel à ses deux compagnes de route, histoire de terminer en beauté.

Que croyez-vous qu'il arriva? Marie, facile, a escaladé la rue Saint-Michel sur son vélo, comme d'autres montent l'escalier du SAS aux Aubuis. Quant à Joseph, il a mis pied à terre. En bas, dès la première barrière.

1er décembre, journée des femmes cyclotouristes...

_______________________

(1) Déroute des hommes, certes. Deux catégories de cyclos échappent à l'opprobre : les courageux, Joseph et Gwenaël, donc. Et ceux qui disposaient d'une excuse valable, une récente opération de la main par exemple.

Commentaire superflu...

34 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page