top of page

Dimanche 20 mars - Nos yeux trompés

Dernière mise à jour : 8 avr. 2023

Les trois quarts de l’effectif enchaînent ce matin avec la sortie de la veille. Ces forçats de la route sont Agnès, Thierry et François. Jacki leur ouvre la route.

C’est le printemps. Pour le célébrer, la météo annonçait un vent de sud, porteur de doux degrés. C’était il y a huit jours. À la place du vent du sud, une espèce de bise nous claque des baisers glacés venus de l’est.

Il en faut plus pour décourager le quatuor, qui place sa matinée sous le signe de la reconnaissance des pistes cyclables. Nous testons les quelques centaines de mètres aménagées entre autoroute A10 et Isoparc, vers Sorigny. Résultat encourageant.

Après une traversée inspirante du vignoble du noble joué, rangs de vigne joliment taillés, nouveau test sur la route d’Esvres, vers le Pavillon. Magnifique piste, sur les photos. Mais mention passable : on y roule comme sur une tôle ondulée, tanguant entre bosses et creux. Nous avons l’impression de rouler sur ces vélos de cirque pour clowns, avec leurs axes de roue décentrés, qui vous font monter et descendre sans cesse. Nous abrégeons.

Nous avons fait aussi un essai d'acuité visuelle. Pas très encourageant, l'essai. Nous revenions à Montbazon, prêts à passer devant le cinéma pour traverser la « 10 » et rejoindre la rue des Moulins. Au rond-point, nous avons avisé une imposante peinture en trompe-l’œil, un hommage au cinéma posé sur le mur du « Générique », la salle de Montbazon. On s’arrête, on regarde, on admire. Personne parmi nous n’avait encore remarqué la scène de tournage représentée sur le pignon du bâtiment. On se renseigne.

Et l'on apprend, penauds, que le trompe-l’œil, signé Philippe Merlevède, trône à cet endroit depuis plus de deux ans. Nous, cela fait aussi quelques années qu'on traverse ce carrefour sans trop lever les yeux...


Le trompe-l'oeil de Montbazon. À dr., la Coutancière, à Sorigny.

61 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page