top of page

Jeudi 3 mars - Fées de la mécanique

Avec Thierry qui rejoint le groupe de devant à « Fosse Sèche », nous voici 15. Devant, avec Thierry, Alain, Denis, Jean-François, Jean-Luc, Michel R., Régis et François. Ensuite, Agnès, Brigitte, Marie-Christine, Marie-Françoise, Viviane, Benoît et Joseph.

Le programme du jour pourrait s’intituler « Plaisir des bosses » : sortie sud de Veigné, entrée de Saint-Bauld et sortie de Saint-Bauld, et pour finir la côte de Nantilly après Esvres-sur-Indre, nous avions de quoi nous occuper, en une soixantaine de kilomètres.

On oubliait une ultime difficulté, le franchissement de l’autoroute A85, après le petit détour par le Village d’Abas. Ce pont-là a été fatal à Benoît, arrêté net au faîte de ce quasi-col par sa chaîne coincée quelque part du côté du dérailleur. Voici Benoît stoppé, bloqué, en panne, en rade, difficultés auxquelles il oppose la sérénité olympienne que nous lui connaissons.

Il a bien raison. Car Agnès, consciente soudain qu’il lui faut abandonner son projet initial, qui était de couvrir la sortie à une moyenne de 40 km/h, déploie une autre facette de ses talents. Plongeant ses mains dans le cambouis (s’il est permis de s’exprimer ainsi, parce que la chaîne d’un vélo de Benoît est toujours nickel), la voici déterminée à montrer que dans l’éternel affrontement entre la femme et la machine, c’est la femme qui triomphe.

Les fées de la mécanique entendent Agnès. La chaîne est décoincée, la roue libre de Benoît fait à nouveau entendre son musical cliquetis. Agnès est applaudie (elle dispose d’un club étoffé de supportrices), Benoît peut à nouveau rêver à son projet d’ascension du mont Ventoux, tout le monde rentre, la vie est belle.

Dans l’autre groupe, ce fut sans histoire. L’allure fut soutenue mais raisonnable. Cela a été apprécié.


Triomphe des mécaniciennes (à g.). Belles mécaniques (à dr.).



70 vues0 commentaire

Kommentare


bottom of page