top of page

Jeudi 11 mars - Demi-tour

La météo, nous l'avions tous consultée. La preuve : il n'y avait que quatre cyclos aux Aubuis, prêts à s'envoler, c'est le cas de le dire, à 13 h 45 : Denis, Joseph, Michel R. et François.

Ce sont les absentes et les absents qu'il convient de féliciter : tous trop légers, trop minces, tailles de guêpe et silhouettes élancées, pour affronter le vent vigoureux, presque un vent à ne pas mettre un Flahute dehors (c'est ainsi qu'on nomme ces coureurs flamands habitués à rouler dans le vent, la pluie, la boue...). En majorité donc, vous auriez été soufflés par la bourrasque tels de fragiles fétus de paille... Spectacle que les personnes sensibles n'auraient pu supporter.

Il en est resté quatre prêts à rouler malgré tout vers le sud, face au vent froid, direction Sorigny et Thilouze. Quatre qui, en majorité, ne craignaient pas d'être emportés par le vent, rapport à leur poids, lié - on le suppose - à une densité musculaire supérieure à la moyenne...

Il a fallu affronter ce vent pendant un peu plus de kilomètres que prévu. Sur la route de Sorigny à Thilouze, que nous avons coutume d'emprunter, le demi-tour s'est imposé, au moment de franchir l'autoroute : il n'y a plus de pont. C'est le cas, à peu près unique, où le cyclotouriste est contraint de modifier son parcours sur une route en travaux.

Après le demi-tour, le quatuor a décidé de goûter un peu plus longtemps la météo du jour en poussant au sud jusqu'à Villeperdue.

Disons que c'était un peu plus exigeant qu'à l'ordinaire, qu'on a révisé l'intérêt de l'éventail et le piège de la bordure, mais que ça ne présentait pas de danger. Le vent soufflait régulièrement, rien qui puisse déséquilibrer le cycliste, au contraire des bourrasques observées à Saint-Avertin en début de soirée. Mais les cyclos étaient rentrés, à cette heure-là.

Pour enrichir le bulletin météorologique, on a essuyé trois gouttes d'eau vers Villeperdue. C'était bref, on n'a pas eu le temps de s'interroger sur la nécessité d'enfiler l'imperméable. Et à Saint-Avertin, on a échappé (de peu) à la pluie que les sites météo annonçaient à partir de 17 heures. Entretemps, le soleil a été souvent de la partie.

Bel après-midi, en somme, marqué par le numéro de grimpeur de Joseph, en forme. Mais on se souviendra qu'en élargissant l'A10, on allonge nos kilométrages. Au lieu des 57 kilomètres prévus sur le grand parcours, nous en comptions dix de plus à l'arrivée.


Demi-tour ! Au loin, les bâtiments et la tour de la ferme de Montison.

47 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Bình luận


bottom of page