top of page

Mardi 30 juin – Chapeau, les baladeurs !

Quatorze au départ, c’est une sorte de retour aux effectifs du monde d’avant. C’est un peloton qui devient encombrant pour les automobilistes amenés à nous doubler entre la clinique Vinci et Joué-lès-Tours, sur une route étroite. Suggestion de Marie-Françoise, mise en œuvre de Thierry C. (promo 2020 des animateurs-club de SAS cyclotourisme) : la deuxième moitié du groupe se laisse distancer afin de faciliter les dépassements.

Après le hameau des Mattés, près d’Artannes, la cause paraît entendue : des randonneurs devant, des baladeurs loin derrière. Quelques kilomètres plus loin, on assiste pourtant à une scène surréaliste, à la Basse Chevrière, près de l’ancienne maison du sculpteur Alexandre Calder : les baladeurs rejoignent les randonneurs. Beaux joueurs, ces derniers font halte, se rangent et applaudissent en formant une haie d’honneur, sur le bas-côté. Ils saluent plus bas encore lorsque Nelly signale que son groupe a pris le temps d’aller découvrir le manoir de Vonnes tout proche, puis de s’arrêter au pied du coteau devant la plaque posée à l’occasion du Tour de France 1957, pour son passage « dans les vignobles balzaciens ».

Les cinq baladeurs (avec Nelly, il y a Agnès, Marie-Françoise, Daniel et François) sont gens modestes. Ce n’est pas leur genre de « se la péter ». Ils taisent donc une partie de leur emploi du temps. Les randonneurs qui applaudissent ignorent donc que les cinq baladeurs ont ajouté aux haltes déjà évoquées l’escalade de la côte de la Chevrière, histoire d’aller voir sur la route vers "Rome" en quoi consistent les travaux qui justifient, au carrefour, le panneau « Route barrée ». Ils ont aussi, la faute à un début de fringale, poussé jusqu’à la boulangerie de Druye, ce qui a requinqué tout le monde.

C'est ainsi que les baladeurs sont arrivés à la Basse Chevrière sur les talons des randonneurs. Une rumeur prétend qu'arrivés à Druye, ils en auraient profité pour aller visiter les jardins de Villandry avant de rejoindre Saché. Soyons franc : cela nous semble, pour une fois, légèrement exagéré.

Ensuite, afin de ne pas froisser les egos, le groupe Rando a pu filer devant. Il en a profité pour arriver une demi-heure avant les autres. On le voit, ça s’est joué sur le fil.

Ciel gris mais pas de pluie. Cela a permis d’apprécier comme il se doit cette avancée vers l’ouest, le long de l’Indre, jusqu’à Azay-le-Rideau. Ces routes nous manquaient, depuis la mi-mars.

Les neuf randonneurs de ce mardi matin étaient conduits par Joseph, accompagné de Catherine Ra., Jacki, Jean-Luc, Jean-Marie, Michel, Régis, Thierry C. et Thierry G. Merci à eux pour leur haie d’honneur, bien méritée il faut l’avouer.


A la Basse Chevrière, le beau geste des randonneurs. Mais pouvait-il en être autrement?


Les haltes n'ont pas nui à la performance du groupe Balade.

47 vues0 commentaire

Comments


bottom of page