top of page

Samedi 15 mai - Rares averses

Nous sommes cinq, attirés par la perspective des "rares averses" de Météo France : Marie-Françoise, Odile, Julie (qui abandonne au pont de l'Ascension les berges de la Seine pour celles du Cher), Bernard et François.

Il y a 36 kilomètres au menu, direction les Landes de Charlemagne puis Bois-Gibert, dont l'attrait tient surtout - pour nous, cet après-midi - à ses bois et à sa petite route tranquille garantie sans voitures.

En avançant sous les arbres, attentifs à la chaussée dégradée, nos pensées vont vers quelques camarades qui goûteraient peu un chemin pareil. Nous en avons emprunté un autre, dans les environs du plus récent des 350 hypermarchés de l'agglomération, poussé à un carrefour de la route de Monts, à Joué-lès-Tours. Nous franchissons là une route avec laquelle on veut battre, de toute évidence, le record du monde des nids de poule au mètre carré.

Un tel tableau nous réjouit, dans ce monde dont on déplore qu'il va trop vite et qu'il ne nous laisse plus le temps de profiter de l'instant présent. Pour cesser de désespérer, dégustons ces quelques hectomètres faits parfois de bitume, entre D 127 et hameau des Rosiers. Ici, le XXIe siècle avance à vitesse normale. Il prend soin de ne bousculer personne.

Pour cause de nids de poule, on a posé des panneaux "Route barrée" aux deux carrefours d'accès. C'était il y a bien six mois. Les nids de poule prospèrent toujours à cet endroit. Les panneaux (dont l'un jeté à terre par le vent, à notre passage) continuent de rappeler que c'est barré. C'est rassurant. Qui a dit que ce monde allait trop vite?

Notre groupe ne va pas trop vite non plus. Zen attitude comme tous les samedis après-midi. Accentuée aussi par quelques averses. On bâche une première fois après les Landes de Charlemagne. Le temps d'enfiler l'imper, la pluie cesse. À Bois-Gibert, on le retire. On le repasse un peu plus loin.

Nous bouclerons notre sortie à peine mouillés. Sur les vélos, un coup de chiffon et une goutte d'huile suffiront. Ç'aurait été vraiment bêta de rester à l'abri chez soi sans profiter de cette belle nature...


Dans le bois de Bois-Gibert.

37 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Opmerkingen


bottom of page